Dépéche APM - Médiateurs Sanitaires

vendredi 20 février 2015
par  Hélène Delaquaize

Jeudi 19 février 2015 - 17:39 Précarité : Marisol Touraine va demander à la HAS de définir un cadre pour les médiateurs sanitaires PARIS, 19 février 2015 (APM) - La ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, Marisol Touraine, a indiqué jeudi au Sénat qu’elle allait demander à la Haute autorité de santé (HAS) de définir un cadre pour la médiation sanitaire.

La ministre était interrogée pendant 45 minutes par les sénateurs sur la "situation de la médecine libérale" pendant une séance de questions cribles thématiques.

Elle répondait à une question de la sénatrice écologiste Aline Archimbaud (Seine-Saint-Denis) qui l’interrogeait notamment sur la médiation sanitaire. La médiation sanitaire vise à améliorer l’accès aux droits, à la prévention et aux soins de populations en situation de précarité. Lors de la présentation des quatre grandes orientations de la future loi de santé en juin 2014, la ministre avait indiqué que cette médiation serait inscrite dans la loi, rappelle-t-on (cf APM SNRFJ002).

La ministre a indiqué jeudi aux sénateurs qu’elle était présente le jour même au côté du Premier ministre, qui recevait le comité Alertes réunissant des associations de lutte contre la pauvreté. Ce comité a insisté sur la nécessité de mettre en avant des dispositifs qui permettent d’accompagner les personnes les plus éloignées du système de santé vers les soins, notamment en favorisant la médiation sanitaire, a-t-elle rapporté.

Marisol Touraine a rappelé qu’il était prévu de financer des mesures de médiation sanitaire dans le cadre du Plan pauvreté. En outre, ce dispositif sera "reconnu explicitement dans la loi de santé, qui permettra des expérimentations en la matière", a-t-elle confirmé.

Elle a ajouté que, "dans le même temps", elle allait confier à la HAS la mission d’élaborer un cadre pour définir la formation de ces professionnels, leurs compétences et les modalités déontologiques de ce dispositif. "Je suis très attentive à ce que la médiation sanitaire puisse se développer", a-t-elle assuré.

PLUS DE 600 MAISONS DE SANTE PLURIDISCIPLINAIRES

Elle a par ailleurs fourni plusieurs données sur les nouveaux dispositifs mis en place pour améliorer l’accès aux soins et en particulier la répartition des professionnels de santé sur le territoire.

Sur les maisons de santé pluridisciplinaires, la ministre a notamment souligné qu’il en existait plus de 600 aujourd’hui, contre 170 en 2012. Il est prévu d’en ouvrir 200 en 2015, a-t-elle ajouté.

Elle a ajouté qu’il y aurait bientôt 400 praticiens territoriaux de médecine générale (PTMG), dont 17 en Bourgogne.

Elle a précisé par ailleurs que les deux tiers des étudiants en médecine avaient effectué un stage en médecine générale en 2014, contre 40% en 2011.

S’agissant des bourses versées aux étudiants qui s’engagent à s’installer dans les territoires manquant de professionnels, elle a précisé que 881 étudiants ou internes en médecine et 76 étudiants en odontologie avaient opté pour son versement en 2014.

Au sujet de la concertation sur les soins de proximité, elle l’a jugée "très fructueuse", et a indiqué qu’elle retiendrait "beaucoup des propositions" qui sont faites car elles "enrichissent le texte". "Le travail se poursuit [...] et permettra d’améliorer sensiblement la rédaction de la loi", s’est-elle félicitée.

La ministre se rend vendredi matin dans une maison de santé pluridisciplinaire du Val-d’Oise pour évoquer la coopération des professionnels de santé et l’accès aux soins de proximité.