Une initiative de l’IMEA au détour du 21 siècle

mardi 31 mai 2011
par  gino

En partenariat étroit avec la Direction Générale de la Santé et la Délégation Interministérielle à la Ville, l’Institut de Médecine et d’Epidémiologie Appliquée a initié à partir de l’année 2000, dans quatre sites, un programme national d’amélioration de l’accès aux soins et à la prévention des publics en situation de vulnérabilité. Les conditions de recrutement des futurs médiateurs à partir du réseau associatif et institutionnel et dans une dynamique locale spécifique ont été les mêmes partout.

En Guyane : une première promotion de médiateurs a été formée entre octobre 2002 et avril 2003 et une seconde entre septembre et décembre 2003. En raison d’enjeux socio-culturels plus aigus, un module spécifique a été élaboré sur " interculturalité et santé publique ". Le contexte guyanais (faibles capacités institutionnelles et techniques du réseau associatif, taux de chômage élevé, département le plus touché par l’infection à VIH, problématique de l’accès aux soins plus grave) explique l’attention portée au programme par l’ensemble des acteurs locaux (associatifs, institutionnels ou professionnels) du réseau sanitaire et social.

Dans les Alpes Maritimes (Nice) : une première promotion a été formée entre octobre 2002 et avril 2003 et une seconde entre octobre 2003 et janvier 2004. La forte implantation du programme dans le cadre de la politique de la ville l’a placé en situation d’animer la thématique santé par le biais des contrats ville sur les territoires de Nice, Grasse et Vallauris. D’autres villes se sont inscrites dans cette dynamique dans le cadre de contrats d’objectifs.

Dans les Bouches-du-Rhône (Marseille) : une seule promotion a été formée entre juin 2002 et janvier 2003. L’absence de financements locaux et l’impossibilité de mettre en oeuvre une deuxième formation, a paradoxalement permis une démarche prospective centrée sur le diagnostic, permettant de recueillir des informations originales sur les besoins et les attentes des populations. La mise en réseau des médiateurs avec les professionnels du réseau sanitaire et social ainsi que les ateliers santé ville s’est développé. La cohorte des médiateurs marseillais a bénéficié d’un suivi étroit. Les éléments d’un référentiel de suivi ressortent à partir de cette expérience.

En Île de France : la quatrième promotion a été formée entre novembre 2002 et mars 2003 et une session de formation continue " Périnatalité et Médiation en santé publique " a pu être réalisée courant janvier-février 2003. Un recentrage des priorités s’est opérée sur le suivi, notamment en raison de l’importance du nombre de personnes formées. Une meilleure visibilité du programme est à l’origine de la construction de nouveaux partenariats.

Le suivi des médiateurs formés : A Marseille, Nice et en Guyane, il s’est fait par le soutien à la mise en oeuvre des projets, régulation entre les médiateurs et leurs associations. En Île de France, une étude a été menée auprès d’un échantillon de 12 médiateurs en poste dans différentes structures, comportant des entretiens approfondis. Un référentiel de suivi a ainsi été construit, permettant son utilisation sur tous les sites dès 2004.

Lire la suite sur le site de l’IMEA


Navigation

Articles de la rubrique

  • Une initiative de l’IMEA au détour du 21 siècle